3

Pas de chômage pour la petite souris

Il y a bien quelque chose que l’on étudie très peu dans les cours de pédiatrie : les dents et leurs tourments.
Un soir aux urgences de Fort de France, je fais la connaissance de deux jolies petites filles de 3 et 5 ans, accompagnées de leur maman. Elles viennent toutes les deux pour une douleur abdominale avec diarrhée. Avant de diagnostiquer la gastro entérite (en février, nous étions en Martinique en pleine épidémie), je demande à Maman si ses filles n’auraient pas mangé quelque chose qui aurait pu « mal passer ».

Elle me répond : « C’est vrai qu’avec Carnaval, elles ont mangé beaucoup de pop-corn ces derniers jours, mais sinon… ». Ok, passons à l’examen clinique.
Rien à signaler, jusqu’à mon examen de la bouche de la cadette. J’observe alors des dents tachetées de zones brunes, rongées, touchant aussi bien les molaires que les incisives en haut et en bas : des dents cariées !

Une nuit, un enfant de 4 ans arrive avec son père se plaignant d’une douleur au niveau d’une molaire inférieure. Quand je l’examine, même constat, une carie si profonde qu’elle commençait à abcéder la racine de la dent.

Nous, jeunes médecins, sommes peu sensibilisés aux soins dentaires des touts petits, et pas étonnant que les parents le soient encore moins (malgré tout, certaines situations sont à la limite de la négligence). En ce moment au CHU de Fort de France, une collègue dentiste prépare sa thèse sur ce problème de santé publique. Un questionnaire en circulation parmi le personnel soignant nous a tous montré nos lacunes concernant ce sujet.

Dès l’apparition des dents, on recommande aux parents de les laver à l’aide de compresses imbibées d’eau ou de bicarbonate de sodium. À partir de l’âge de 2 ans, les enfants doivent apprendre à se brosser les dents avec du dentifrice adapté. La première consultation chez le dentiste se fait à l’âge de 3 ans pour faire le point niveau croissance et faire découvrir le monde des dentistes aux enfants. Ils découvriront alors comment ils peuvent être sympas ces dentistes !

Regardez mon coloc, y’a pas mieux : C’est d’ailleurs lui qui m’apprendra l’existence du Syndrome du biberon, apparition de caries par utilisation intempestive du biberon à n’importe quelle heure du jour et de la nuit avec du lait ou autres substances sucrées restants ainsi imprégnés des heures interminables sur la dentition des ti’mouns !Il faut savoir que même la bonne croissance des dents définitives peut s’en retrouver perturbée.

Ces notions basiques sont simples et permettraient d’éviter certaines situations catastrophiques amenant parfois à une intervention chirurgicale sous anesthésie afin d’extraire plusieurs dents cariées dans un même temps opératoire.

Petite pensée pour la grande perdante de cette histoire, j’ai nommé : la petite souris, qui se retrouve à faire des heures sup’ !

3 Commentaires

  1. « la petite souris, qui se retrouveNT » : elle embauche des collègues sans les déclarer ?
    Cordialement.

  2. Surtout continue, tu fais l’exacte balance entre le sérieux et l’humour, en fait entre ta blouse et ton sourire.
    Merci !

  3. « Nous, jeunes médecins, sommes peu sensibilisés aux soins dentaires des touts petits » …un constat qui mérite d’être dit.
    Merci et continuez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Diane ne répondra pas aux commentaires anonymes.