15

Ciao Gwada… An nou ay Madinina

Voilà, c’est fini… un an en Guadeloupe, déjà. Que de découvertes et de rebondissements au cours de cette première année d’internat. Des aventures enrichissantes, la culture créole, sa population fort sympathique, et des rencontres qui façonnent chaque jour ma pratique future. J’avais entendu que j’allais être confrontée au racisme, nullement (il y a des gens désagréables partout, rien à voir avec le racisme). Après un stage aux urgences et en endocrinologie-diabétologie au CHU de Pointe-à-Pitre, je m’envole à présent vers la Martinique. Avouons-le, ce n’est pas par le lieu de travail que j’ai apprécié mon internat : vivement pour tous le nouveau CHU !

15726053_10154655269491006_73479141_o

Ce que j’ai retenu cette année, c’est que l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque, l’obésité et le diabète sont les « 4 fléaux » qui touchent les Antilles. Les fast-foods ont depuis longtemps remplacé les vendeurs de plats locaux. Le sucre est absolument partout et dans des quantités inacceptables. Les enfants développent très tôt une appétence pour le sucre à travers ses différentes formes : sodas, snacks, friandises. La chaleur ne fait qu’augmenter cette envie de sucré.

Le plus frappant, pour moi, reste le surpoids des femmes antillaises (OK, les formes sont appréciées aux Antilles, mais, bon, faut pas pousser !) et l’âge de plus en plus précoce des découvertes d’insuffisances cardiaques et de diabètes. Je me souviendrai toujours de ce jeune de 13 ans qui a déclaré son diabète de type 2 après la saison des mangues (consommation moyenne de 4 à 6 mangues par jour) et de son père de 50 ans déjà aveugle…

L’exemple des Antilles n’est qu’un exemple géographique parmi tant d’autres et je suis certainement biaisée par la patientèle du CHU qui draine les classes sociales les plus défavorisées qui sont les plus touchées par la malbouffe.

On veut nous faire manger 5 fruits et légumes par jour et de faire du sport mais comment faire lorsque l’on voit qu’il est moins cher d’acheter des sachets de poulet stressé et surgelé à 1,5 euro/kg et des paquets de 9 nuggets à 2,90 euros, tout chaud au drive. Les fast-foods et leur concept de drive cartonnent, manger des fruits frais est quasi de l’ordre du luxe. Un dimanche soir, un lendemain de soirée, ou bien un papa qui se retrouve avec les enfants un mercredi midi et qui ne sait pas faire à manger –> Go fast-food, une fois, deux fois et pourquoi pas trois. Alors que je pars en Martinique, un nouveau fast-food ouvre ses portes à 100 m d’un autre déjà présent depuis bien longtemps.

15776364_10154655265541006_1112892076_o

Alors voilà, en cette fin d’année 2016, je vais me mettre à rêver, peut-être un peu de manière utopique, d’un monde où les gens prendraient d’avantage conscience de l’importance du respect de soi. J’aimerais voir tous ces fast-foods être remplacés par mes belles doudous qui vendent leur bon court-bouillon de poissons, dorades grillées au bord de la plage, la bonne eau de coco fraîches des noix cueillies le matin même, le tout PARTOUT et en drive, pourquoi pas. J’aimerais voir les enfants se délecter des bons fruits exotiques comme je voyais, en Asie, les petits Vietnamiens sucer leur tranches de concombres et d’ananas en guise de goûter.

Avez vous déjà demandé à 10 patients où est leur foie et à quoi sert-il ? Je vous mets au défi de m’en trouver 10 d’affilée capable de répondre à cette question. Et ne parlons même pas de pancréas ou de thyroïde. Comme respecter son corps quand on ne le connaît pas ? L’éducation est l’atout clé dont nous disposons dans notre pays. Nous devrions bénéficier très tôt d’un programme d’éducation plus poussé en matière de santé au collège ou au lycée, avec des bases d’anatomie et de physiologie simple. Après tout, est-ce moins important que l’apprentissage de la tectonique des plaques ?  Nous, médecins, sommes inefficaces ou insuffisants dans la transmission de ces connaissances fondamentales, ce n’est peut-être pas notre rôle à nous seuls, manque de vulgarisation sinon ou manque de temps ?

A l’aube de l’an 2017, Thomas Coville a réussi l’exploit de traverser le globe en 49 jours, en solitaire. A notre niveau, seuls ou accompagnés, nous sommes tous responsables et tous capables, médecins ou non, de faire avancer les choses au quotidien. Après tout, ce sont des petits riens qui font de grandes choses, et moi j’y crois. Bonnes fêtes à tous !

15 Commentaires

  1. Belle plume Diane ! Cet article décrit parfaitement les affres de la société de consommation et son impact sur l’équilibre.
    Il m’a été transmis par une amie gynécologue.
    Merci !
    Et aussi belle année ☆☆☆☆
    Dr Marie-Antoinette Séjean, présidente militante de Nutricréole, Santé et Aliments de la Terre, ambassadrice-santé de l’Académie de l’Art Culinaire du Monde Créole

    http://www.facebook.com/nutricreole
    http://www.facebook.com/dietetiquecreole
    #nutricreole #drsejean @drsejean

    • ah je vais explorer ces liens avec attention ! merci et bon courage! si vous faites des interventions, cela m’intéresse d’y assister 😉

  2. Les « 4 fléaux » qui touchent les ANTILLES-FRANCAISES . Hé oui , la Guadeloupe est un département FRANÇAIS , et elle n’est pas différente des autres départements de la Métropole même si c’est à 8000 kilometres , Le fast food s’est bien implanté , Des doudous entrain de vendre ? non mais vous rêvez en couleur. J’aimerais bien voir aussi des doudous Alsaciennes avec leur costumes folkloriques entrain de vendre des tartes à la mirabelle . La Guadeloupe c’est la France et bien sûr toutes les Franchises voudront s’y installer à condition qu’on fasse comme les Corses. Seul région de France où les MacDonalds sont refusés d’accès . Faudra reconfigurer le département de la Guadeloupe en Corse . Mais ici en Guadeloupe nous sommes des français accueillants et acceptons toutes les enseignes . McDo , Burger king, etc,,,,, Mais on peut remarquer que les Guadeloupeens sont les francais les plus sportifs de France malgré les problemes de mal bouffe qui n’est pas différente qu’en Bretagne, Normandie ou le Nord . Les Guadeloupéens ont beaucoup a donner comme leçon à leurs compatriotes des autres régions du continent au niveau du respect d’un piéton contrairement en métropole où les gens ne sont pas gentils ( donc maîtrise de soi donc Zénitude ) , l’amour du sport ( surtout en Guadeloupe) est beaucoup plus important dans le département de la Guadeloupe .

  3. Les Guadeloupeens sont Francais 200 ans avant Nice et la Savoie . Les premiers fast food ont commencé en Guadeloupe depuis très longtemps avec nos fameux Hamburger régional ( Bokits) bien dodus et garnis . Nous n’avons pas attendu Macdonald le fast food . Beaucoup d’enfants n’ont jamais vu certains arbre fruitiers de notre région , tout comme certains enfants Américains qui n’ont jamais vu un oranger . Pourtant la Floride aux USA est la terre des orangers . Nous sommes à l’ère du monde virtuelle . Beaucoup d’ enfants en Gpe connaissent certains fruits que grace à leur ordinateur

    • Il nous reste encore nos beaux manguiers, bananiers, fruits de la passion, pasteque melon etc. Biensur les bokits c’est déjà pas top (c’est si bon) mais bon si on pouvait limiter l’expansion des fast-foods et leurs surgelés se serait quand même une belle avancée

  4. Une interne INTELLIGENTE !!!whaouuuu…et sans préjugés basiques sur les Antilles……. et donc future bon Médecin ( désolé pour le genre masculin).je vous attends avec impatience en Martinique, car un regard extérieur ( intelligent je répète, bienveillant mais sans concession) est une opportunité pour nous dans nos introspections maladives et partiales
    Alors bienvenue!

    • Merci pour l’accueil, je ne fais que mettre en mots des propos communs à la plupart d’entre nous. Un futur confrère du CHU! hâte de vous rencontrer, à bientôt

  5. Nous avons donc la même utopie. Qui n »en est pas vraiment une au final.
    Bonne continuation et bon séjour sur mon île 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Diane ne répondra pas aux commentaires anonymes.